Avec des taux à la baisse, les acquéreurs empruntent de plus en plus sur une longue période, souvent jusqu’à 25 ans voire sur 30 ans pour des primo-accédants. Depuis le début de l’année 2014, l’Observatoire crédit logement estime que la durée des prêts immobiliers a progressé de trente mois et semble se stabiliser à 227 mois en moyenne.

Allonger la durée d’un prêt, permet de diminuer ses mensualités, ou de ne pas dépasser le taux d’endettement fixé à 33% des revenus nets. Mais est-ce réellement intéressant ?

Un emprunt sur une durée plus longue est bien entendu plus onéreux qu’un emprunt sur une plus courte durée. En effet le taux de crédit et le coût d’assurance sont plus importants.

En cas de revente à court terme (le delais de détention moyen d’un premier achat est en moyenne de 7 ans) le montant issu de la vente ne permettra sans doute pas un nouvel achat sur une plus courte durée.

Une longue durée d’emprunt reste adéquate à condition que la durée de détention permette un amortissement raisonable du bien au moment de la revente.

Le choix de la durée  doit donc se faire non seulement en fonction du budget de l’acheteur mais également en anticipant les projets de ce dernier.